Portrait avec l'inscription : Pascalejandro, l'androgyne alchimique.

pascALEjando Jodorowsky

Aujourd’hui je vous retrouve pour vous emmener à Paris, voir l’exposition d’Alejandro Jodorowsky et Pascale Montandon-Jodorowsky, à la galerie Azzedine-Alaïa.

Transcription de la chronique pour les personnes sourdes et malentendantes :

LES ARTISTES

Alejandro Jodorowsky est auteur, scénariste, réalisateur et acteur, entre autres. Il a récemment réalisé et joué dans le film Poésie sans fin, dont je vous parlerai bientôt.
Pascale Montandon-Jodorowsky est auteure, plasticienne et designer. C’est elle qui a réalisé les costumes des films Poésie sans fin et La Danse de la réalité, réalisés par Alejandro Jodorowsky. Et elle a collaboré à créer les couleurs de ces deux films.

L’EXPOSITION

L’exposition est signée pascALEjandro : c’est la rencontre, la fusion de ces deux artistes-l’une à la couleur des dessins tracés par l’autre-mais aussi de deux âmes, deux amants.

LES INFLUENCES

La force impertinente du surréalisme, la fraîcheur provocatrice du dadaïsme, des couleurs vives et nombreuses rappelant le fauvisme, pour une ode à l’amour et à la créativité pleine de vitalité, et unique.

LES THÈMES

Le thème principal des oeuvres de pascALEjandro est le deuil, ce qui peut s’expliquer par la différence d’âge considérable des amants. Mais ce spectre, contrebalancé par leur union, devient l’occasion d’une chatoyante ode à la vie.
On trouve aussi des thèmes comme l’ego qui empêche le moi d’avancer, l’absurdité du quotidien, la sexualité, la religion, l’éveil, l’essence, le regard des autres et le rêve.

LA DÉMARCHE ARTISTIQUE

C’est une démarche explicite de sublimation, de guérison. L’enfant qui ne naîtra pas de ce couple devient l’auteur même de l’exposition, qui rend publique, et fait appartenir au domaine de l’art, donc de l’éternel, leur histoire. Ainsi, le deuil à venir devient l’occasion de célébrer l’amour présent. Le motif du papillon par exemple symbolise la transformation, la sublimation, la création, et plus généralement, l’art, comme on peut le voir dans le film Poésie sans fin.

LE MOT DE LA FIN

« Pour moi, il ne peut pas y avoir d’art qui ne guérit pas. Si l’art ne guérit pas, ça ne vaut pas la peine. »

Alejandro Jodorowsky

Laisser un commentaire