David Meulemans, éditeur, rencontre

David Meulemans, éditeur aux Forges de Vulcain 1/3

Partie 2 : Le livre parfait : appel à candidatures !
Partie 3 : Du manuscrit au livre, le chemin vers la publication

Transcription pour les personnes sourdes et malentendantes :

Bonjour les petites mains ! Aujourd’hui on se retrouve pour rencontrer David Meulemans, éditeur aux Forges de Vulcain, concepteur de Draftquest, et auteur d’une thèse sur la psychologie de l’écriture.

C’EST QUOI, LES FORGES DE VULCAIN ?

Les Forges de Vulcain, c’est une maison d’édition que j’ai fondée avec des amis en 2010, donc il y a sept ans au moment où nous enregistrons cette vidéo, et peut-être des centaines d’années pour vous qui nous regardez du futur…
C’est une maison d’édition qui publie des essais et de la fiction, on publie des romans français, on publie du roman étranger, on publie chaque année autour de 3-4 romans français, ça va augmenter l’année prochaine. La plupart du temps c’est des romans d’auteurs récurrents c’est-à-dire qu’on a déjà publiés plusieurs fois, mais chaque année il y a au moins un nouveau romancier qui rentre dans le catalogue.
Le genre de textes publiés aux Forges de Vulcain : de la littérature narrative (raconter une histoire), un petit sens de la langue (maîtriser la langue française), et un propos. Une autre caractéristique un peu plus originale : je trouve dommage qu’on sépare littérature générale et littérature de genre, j’aime bien tous les objets hybrides entre les deux, comme par exemple ceux de Franz Kafka ou Gabriel Garcia Marquez.

COMBIEN DE MANUSCRITS REÇOIS-TU PAR AN ?

Chaque année je reçois autour de 1.000 manuscrits, ça va augmenter et passer la barre des 1.200 manuscrits.

TON RÔLE D’ÉDITEUR FACE AU TEXTE ?

Je peux suggérer des coupes, mais je ne fais que suggérer, je ne fais jamais rien sans le consentement de l’auteur. Ce qui est plus long c’est quand il faut relancer l’auteur dans un travail d’écriture.


« La passion paie toujours. »

C’est plus un dicton : si on fait les choses avec passion, il y a toujours des fruits, qui sont pas toujours les fruits qu’on attendait…
– Les fruits de la passion
– PUN INTENDED ! Voilà.
– J’espère que ça paiera pour les Forges… Allez, au travail maintenant ! Merci David !

Laisser un commentaire